Quito la triste (06/07 – 07/07)

IMG_8077rNous arrivons à 4h15 au terminus de bus situé au sud de Quito. Depuis quelques mois, les bus n’ont plus le droit d’arriver dans le centre.

Nous prenons un café, nous renseignons sur les bus pour aller en Colombie, observons les gens passer puis prenons le bus à 7h pour aller dans le centre. Au lieu d’un bus direct, nous avons droit à 2 bus avec des Equatoriens qui courent pour rentrer dans le bus vide ! Je me moque d’eux, on les trouve pour le moment beaucoup moins sympas qu’à Cuenca, peut-être est-ce le lot de toutes les capitales…

Nous avions repéré des adresses d’hôtels sur Tripadvisor et heureusement car Quito c’est grand et il vaut mieux choisir son quartier. Pour nous, ce sera Hôtel Marsella dans le quartier San Blas. En chemin, on s’arrête quand même dans 2 hôtels pour connaître le prix d’une chambre. Nous sonnons au 1er hôtel : 2 minutes, une nana en pyjama et pas réveillée du tout, nous ouvre. Il est 8h, change de job si tu n’es pas réveillée pour tenir ton hôtel ! Nous avons droit à « il ne me reste qu’une chambre d’une personne ». Allez, va te recoucher si t’as pas envie d’être au service du client.
Le 2ème hôtel est guère mieux : enfin, l’accueil est mieux, la nana est souriante mais nous avons droit à « vous voulez la chambre pour la journée et la nuit ou seulement la nuit ? ». Je lui demande de préciser ce que veut dire « seulement la nuit ». Elle me répond « vous partez le matin à 10h avec vos affaires et vous avez droit de revenir le soir vers 19h ». OK, c’est un hôtel de passe. En gros, elle va louer notre chambre la journée, les clients vont faire crac-crac dans nos draps et on aura le droit de redormir dedans. Beurk ! Je fais mon plus beau sourire et je dis « gracias, ciao ». Nous allons à l’hôtel repéré et c’est bien mieux !

Nous faisons une sieste pour terminer notre nuit puis allons dans le quartier historique de Quito, à 15 minutes à pied. Tous les magasins sont fermés, c’est assez calme. C’est même mort, on se demande où sont les habitants. Il y a des beaux bâtiments, mais le temps gris et le manque d’animation ne nous permettent pas d’avoir une bonne impression de la ville. Les habitants sont très persos. Ici, ils ne nous adressent pas la parole, ne font pas de la place sur le trottoir quand ils te croisent et ont l’air beaucoup moins sereins qu’à Cuenca. Les touristes disent sûrement la même chose des Parisiens. C’est pas grave, on reviendra lundi dans ce quartier ainsi que dans celui de Mariscal (ville nouvelle).
WP_000677r WP_000675r WP_000680r

Nous attaquons la journée du lundi par la visite de la Basilique. Il faut s’acquitter d’un dollar pour visiter l’intérieur et de 2 dollars pour monter dans les hauteurs.

IMG_8063r

L’intérieur ressemble à celui de nos cathédrales. Il y a de beaux vitraux et une rosace-vitrail qui ressemble à celle de Notre Dame de Paris. Elle est très jolie cette Basilique.

IMG_8072r IMG_8064r
Nous montons ensuite par l’escalier pour prendre de la hauteur. On a accès à la rosace-vitrail de près, on voit l’intérieur de la Basilique d’en haut. La charpente a été reconstruite, elle n’est plus en bois mais en poutrelles métalliques. Nous avons l’impression que tout l’étage supérieur  a été refait en béton en y réincorporant des pierres d’origine par endroit.
IMG_8076r  IMG_8122r IMG_8070rIMG_8079r

Une passerelle en bois permet de passer juste en dessous de la toiture. Des escaliers en fer permettent d’accéder à une tour. Les précautions nécessaires à la sécurité ne sont pas franchement là (en tous cas, on ne verrait pas ça en France) mais on est là pour grimper. La tour offre une vue à 360° sur la ville de Quito, faite toute en longueur entre 2 petites montagnes. La ville est dense et colorée. Nous sommes seuls et en profitons pour prendre la pose avec nos tee-shirts « I Love Paris ».
IMG_8112r

Nous sommes ensuite montés dans l’un des clochers qui permet d’avoir un autre point de vue sur la ville, sur la basilique et d’observer le mécanisme d’horlogerie.

Nous avons l’impression que les tours ont été évidées pour y placer des escaliers et un ascenseur moderne et sans charme. Le béton qui a servi à renforcer la Basilique vieillit mal. On voit des ferrailles dépasser de partout, ça donne une impression de pas fini. C’est dommage car la visite et la grimpette dans les tours est très originale, du jamais vu pour nous.
IMG_8126r IMG_8080r

L’après-midi, nous allons nous promener dans le quartier Mariscal. L’activité est débordante comparée à hier. Il y a beaucoup d’hommes d’affaires en costard cravate, des restos, des bars, des agences de voyage, un marché artisanal dans lequel nous faisons quelques achats. Le quartier en lui-même ne nous laissera pas une merveilleuse impression. Le temps se gâte, le ciel est menaçant et il pleut de temps en temps. C’est comme hier, il faisait beau le matin puis l’après-midi, le temps était maussade avec quelques gouttes de pluie. Peut-être fait-il toujours ce temps à Quito ?
IMG_8133r IMG_8132r

Nous sommes à la recherche d’un bureau de poste. Malheureusement, il n’est pas indiqué sur le plan et je suis obligée de demander aux gens du coin. Le problème c’est qu’en interrogeant 4 personnes différentes, j’obtiens 4 réponses différentes ! Tout ça pour dire qu’on ne l’a jamais trouvée cette poste…

Nous terminons la journée dans le quartier historique et goûtons au «pan de yuca », typique d’Équateur. C’est une mini boule de pain mi moelleuse mi farineuse avec un goût de fromage (gruyère râpé) pas terrible qui laisse une odeur de pied (de tourdumondistes) sur les doigts. Bref, pas top ! La gastronomie équatorienne ne nous laissera pas un souvenir mémorable.
IMG_8135r

Nous avons décidé de ne pas aller au lieu appelé « la mitad del mundo », situé non loin de Quito. C’est le lieu où passe l’équateur et situé à la latitude 0. Un monument symbolise le passage de l’Equateur et une ligne jaune est tracée, séparant ainsi l’hémisphère nord de l’hémisphère sud. Hormis la photo souvenir, le lieu semble peu intéressant. De plus, le nom « la mitad del mundo » est exagéré puisque le vrai lieu à latitude et longitude 0 serait au large de l’Afrique dans l’Atlantique. Et dernier point, remarque très pertinente de David, le méridien de Greenwich passe non loin du Mans, à la Flèche ainsi que dans la bourgade de Chalandray, entre Parthenay et Poitiers, et tout le monde s’en fout 😉

WP_000682r

 

 

Laisser une bafouille

*