La Paz, dernier jour avec Yin, 1er jour avec la famille (06/06 – 08/06)

IMG_6946rNous voici à la Paz, capitale administrative de la Bolivie située à 3660m d’altitude, ce qui en fait la capitale économique la plus haute du monde.

Plusieurs records dus à l’altitude de la cité (merci wikipedia) :

  • Capitale économique la plus haute du monde (la capitale constitutionnelle de la Bolivie est Sucre).
  • Aéroport international le plus élevé.
  • L’eau pure y bout à 87 °
  • Stade olympique agréé le plus haut. La FIFA a émis une règle interdisant l’organisation de matchs officiels dans des stades à plus de 2 500 m d’altitude. La Bolivie fit une demande spéciale, précisant que ses infrastructures sportives se situaient dans des villes au-delà de la limite. Les Boliviens se sentaient lésés et auraient dû fournir un effort financier important pour déménager et organiser tous les événements sportifs dans la seule ville de Santa Cruz de la Sierra, située dans les plaines orientales.

Côté altitude, c’est bon, on est déjà rodés. On prend notre chambre d’hôtel, on fait un tour dans le quartier où il y a plein d’échoppes d’artisanat et on va dîner. Ce sera notre dernier dîner avec Yin :-( (enfin pendant notre tdm).

Le téléphérique

Le lendemain, on prend le téléphérique pour nous rendre à El Alto, le quartier de la Paz situé en hauteur. L’aller retour coûte 6 bolivianos (0,70€). C’est tout nouveau. Apparemment il a ouvert il y a quelques jours. Ce serait une entreprise autrichienne qui l’aurait construit. Il est tout beau, tout neuf et il y a même des stations de téléphérique intermédiaires. C’est révolutionnaire. Encore un ouvrage du président Evo Morales. On fait nos touristes dans le téléphérique mais on est bien les seuls. C’est utile aux locaux et tant mieux. Auparavant, ils prenaient un bus qui devait être bondé, traînait dans les bouchons. Le téléphérique se rend du centre à El Alto en 15 minutes.

IMG_6937r

IMG_6920r IMG_6928r IMG_6941r IMG_6919r

Le trajet nous offre une super belle vue sur la Paz. Cette ville a été construite dans une cuvette. C’est le Grenoble bolivien. Ça monte, ça monte. Bref, à pied, on est tout le temps essoufflé. Il y a de nombreuses maisons construites en parpaings et briques à flanc de montagne, on passe aussi au-dessus d’un cimetière.

Notre premier Ceviche !

Le midi, on mange un ceviche (poisson frais mariné), copieux et bien épicé (on vide le stock de serviettes du resto, fallait nous prévenir). Yin nous quitte en début d’aprèm pour prendre un vol direction Santiago où il passera quelques jours avant de rentrer en France. J’aime pô les au revoir :-(

IMG_6947r

Visite de la ville

Le lendemain, David et moi quittons notre hôtel pour un appart loué dans les quartiers chics de La Paz. On accueille ses parents et sa marraine dans le luxe afin qu’ils récupèrent du voyage et s’acclimatent à l’altitude. On descendra ensuite le niveau de confort des hébergements :-)

Nous allons à pied du quartier San Pedro à notre nouveau quartier, Sopocachi. Beaucoup d’expats occidentaux vivent ici. On voit un autre côté de la Paz. C’est plus développé, il y a de belles maisons, c’est plus riche !

Nous avons réservé un appart pour 5 chez un Français, Ludovic dans son appart hôtel « A la maison ». L’appart fait 100m2, comprend 2 chambres, un grand salon, une salle à manger, une cuisine, une salle de bains, offre une super vue sur la Paz et est au calme ! La déco est chouette, on se sent comme chez nous (ah oui, c’est vrai, on n’a plus de chez nous ).

WP_000644rWP_000642rWP_000645rWP_000648r

On va déjeuner dans un resto japonais, depuis le temps que j’avais envie. Il y a tellement de choix et ça a l’air bon ! On ne choisit pas de sushis car on se demande si le poisson est bien frais vu que la Bolivie n’a pas d’accès à la mer et on choisit du vrai repas japonais. Miam, un délice !

On marche dans La Paz tout l’après-midi : cathédrale et Plaza Murillo, marchés. On a bien dû faire 10km au rythme des côtes et des descentes, ce n’est pas le plat pays !

IMG_6956r IMG_6957r IMG_6952r IMG_6951r IMG_6949r

Bref, au premier abord, on n’avait pas accroché avec la Paz et aujourd’hui en découvrant d’autres quartiers, on se rend compte que la ville est sympa, qu’elle a deux visages et qu’elle est en plein développement.

L’arrivée de nos touristes

On passe la soirée à attendre sagement notre groupe de touristes : les parents de David et sa marraine. Ils arrivent à 1h22 à l’aéroport…

Nous prenons un taxi et arrivons à l’aéroport et les accueillons avec un panneau « Bienvenidos les bouseux Nichel, Micline, Jacquole ». Nos touristes arrivent, un peu fatigués mais heureux de nous voir (enfin je crois) avec leurs bonnets péruviens. Ça va la honte ne tue pas :-)

WP_000658(1)r

Les voyageurs ne sont pas venus les mains vides : Toblerone, Nutella, Ovomaltine crunchy, Nutella & go (batonnets de biscuits à tremper dans du nutella). Merci !

Après une toute petite nuit de sommeil, nous prenons un bon petit déjeuner et emmenons la famille visiter quelques quartiers de la Paz. Nous voulions prendre le téléphérique pour nous rendre a El Alto. Le téléphérique étant tout nouveau, il y a une queue de plus de 1km. Nous abandonnons.

Nous déambulons dans les rues. Il y a une fête locale « la pre entrada del Grand Poder ». C’est la répétition de la fête qui aura lieu le dimanche suivant : musiciens, femmes dansant en habits traditionnels… C’est rythmé et très chouette. La bière aidant, les hommes sont dans leur monde.

IMG_6964r IMG_6976r

IMG_6966r IMG_6967r IMG_6962r IMG_6979r IMG_6984r

Le marché aux sorcières

Nous allons ensuite dans les rues du marché, c’est le souk bolivien. Nous passons devant des stands, dans le marché des sorcières, qui vendent des fœtus de lama, soit disant provenant d’avortements naturels. Ces fœtus sont achetés par des futurs propriétaires de maisons. Ils enterrent ces fœtus dans leur jardin afin d’éloigner les mauvais esprits.

IMG_6987r

Nos 3 touristes sont assez surpris de tout ce qu’ils découvrent « on est dans un autre monde », « oh la la, mais ils vivent de quoi ? », « t’as vu cette maman-vendeuse avec son bébé dans le dos ? »…

Nous allons dîner au café Banais où nous étions allés avec Yin pour notre dernier dîner. Salades et sandwich pour chacun d’entre nous, mousses au chocolat pour les plus gourmands. Ça fait longtemps que je l’attendais, miam miam !

Départ pour le Titicaca

Le lendemain, Michel n’est pas dans sa meilleure forme, un pti vomito et c’est parti direction la terminal de buses en taxi. Nous devons prendre un bus à 8h15 pour Copacabana (toujours le Copacabana de Bolivie). A l’arrivée, l’employée de l’agence nous informe que par précaution (peur d’être coincés par les grèves a El Alto), le bus est parti à 6h. Elle n’est pas sûre que nous aurons le bus l’après-midi.

Nous allons au bureau d’informations car nous avons entendu dire que des bus partaient du cimetière. L’employée vérifie que El Alto n’est pas coincée et nous recommande de nous rendre au cimetière tenter notre chance. Je négocie alors avec l’agence le remboursement des billets. L’employée a eu ordre du patron de ne pas rembourser mais de reclasser les gens sur d’autres horaires. Ça ne nous arrange pas, j’arrive à récupérer 50% du prix des billets.

Nous montons à 5 dans un taxi, les bagages tiennent dans le coffre. On pourrait encore caser 1 ou 2 personnes sur nos genoux ! Arrivés au cimetière, c’est royal, le bus pour Copacabana est prêt à partir et le billet coûte moins cher qu’à la terminal de buses : 20 bolivianos au lieu de 30 par personne.
C’est parti pour 4 heures de trajet, nous avons quelques Boliviens et Boliviennes avec nous dans le bus mais pas de poules.

Laisser une bafouille

*