En route pour Battambang, la 2ème ville du Cambodge (04/02-06/02)

IMG_3592rPetit coup de stress en ce matin du Mardi 4 février : Le tuk tuk devait passer nous prendre à 7h45 pour nous emmener au bus direction Battambang. Mais à 8h05, il n’est toujours pas là et les petits jeunes, en apprentissage,  qui font la permanence à la guesthouse, ne parlent pas bien anglais. Heureusement, un autre employé anglophone arrive et nous explique qu’il ne faut pas nous inquiéter, que le tuk tuk est en retard mais qu’il va bien passer et que le bus ne part pas à 8h15 mais à 8h30 finalement. A 8h15, le tuk tuk arrive enfin. Nous montons dans le bus et arrivons vers 15h à Battambang.

Battambang est une ancienne ville coloniale, 4ème ville la plus touristique du Cambodge et 2ème ville du Cambodge en termes de population. La ville est jolie mais nos guides indiquaient une architecture coloniale bien présente. Bof, les quelques bâtiments coloniaux sont défraichis. Il n’en reste pas moins que l’atmosphère y est très plaisante.

IMG_3570r

Cours de cuisine Khmer

Le mercredi 5 février, pour la 1ère fois en tour du monde, nous prenons un cours de cuisine. Le chef est khmer, il a appris la cuisine par sa maman. Habituellement au Cambodge, les femmes font la cuisine et transmettent leur savoir à leur fille mais ce chef a eu la chance de grandir dans une famille de cuisiniers.

IMG_3541r

Il a monté ses cours de cuisine et son resto, Smokin’pot, en 2000. Il fut le 1er à proposer des cours de cuisine au Cambodge.

Le cours de cuisine commence par un tour du marché afin d’acheter les ingrédients dont nous avons besoin pour cuisiner.

IMG_3519r

Nous préparons ensuite un 1er plat : du bœuf coupé en fines lamelles et revenu dans une pâte de curry (que nous avions préparée avec entre autres du curcuma, de l’ail, du piment, des herbes…) avec des haricots verts et liserons d’eau, le tout préparé dans un wok.

Nous passons à la dégustation et cuisinons un 2ème plat typique khmer : le amok au poisson. Du poisson (le chef a acheté du poisson serpent, meilleur que le poisson chat) revenu dans du lait de coco et de la pâte de curry avec des légumes. Nous sommes presque prêts à ouvrir notre resto cambodgien !

IMG_3535r IMG_3542r

Le cours de cuisine terminé, nous partons visiter Battambang : anciennes maisons coloniales, temples, musée de Battambang, ancienne gare. Le musée de Battambang est un petit musée qui abrite des linteaux et des sculptures de bouddha principalement. La visite se fait rapidement, le musée est joli mais sans plus…

Bambou train et visite des temples

Jeudi 6 février, nous louons un tuk-tuk pour la journée pour 18 dollars (14€ environ) pour nous emmener dans les alentours de Battambang.

Nous commençons par le fameux bamboo train. Le principe ? Sur des rails qui ne sont actuellement plus utilisés (on a lu pourtant que la ligne Phnom Penh-Battambang devrait rouvrir en 2015 et que le bamboo train allait devoir s’arrêter mais on n’a vu aucun travaux), une planche épaisse de bambou est posée sur deux essieux. Un moteur permet de propulser le « train » sur les rails et nous voilà partis, assis tous les 2 en tailleur avec notre chauffeur, à rouler à 25km/h environ.

IMG_3574r

Il n’y a qu’une seule voie pour faire circuler les bamboo trains et lorsqu’un autre « train » arrive en face, c’est à celui qui a le moins de passagers d’être démonté, posé à côté des rails pour laisser le passage et remonté.  L’expérience est intéressante !

IMG_3578r IMG_3590r

Nous remontons dans le tuk-tuk qui nous arrête dans le seul vignoble du Cambodge. Le vignoble fait 4 ha. Il n’y a pas grand-chose à voir, il n’y a pas de raisin dans les vignes et pas d’explications fournies mais nous avons droit à une dégustation : vin rouge (pas très bon), jus de raisin ok et jus de gingembre très bon !

Requinqués, nous voilà repartis ! Le tuk-tuk nous arrête devant un arbre où une cinquantaine voire centaine de chauve-souris est posée. Les chauves-souris s’envolent tous les 2 jours direction la Thaïlande pour manger.

Petit stop pour manger sucré : du riz à la coco, tassé dans un bambou. Miam !

IMG_3596r

La journée n’est pas terminée : nous allons au Wat Banan. Un ensemble de temples construit entre le milieu du XIème et le début du XIIème siècle. Beaucoup de marches à monter pour accéder aux temples. David, très certainement en manque de sport, monte les escaliers en courant.

Les temples sont quelque peu en ruine. Il se dégage une ambiance à la Indiana Jones. Ça vaut le coup d’œil !

Nous finissons notre tuk-tuk tour par le Phnom Champeau : une colline qui abrite quelques temples. La colline offre une jolie vue sur les alentours mais les temples sont assez défraîchis.

IMG_3614r IMG_3603r IMG_3619r

 

Le Cambodge, quel cirque !

Nous passons la soirée au cirque, au Phare Ponleu Selpak. C’est une école d’art qui scolarise gratuitement des enfants pour leur apprendre la peinture, la musique ou le cirque. Sans cela, ces enfants ne pourraient pas se payer les cours. En échange de leur scolarité, un spectacle est donné chaque semaine. Les fonds récoltés servent à financer les frais de scolarité.

IMG_3633r

Le spectacle est top ! Une dizaine de jeunes enchaînent leurs numéros tout en racontant une histoire de cabaret. Ils ont beaucoup d’humour, tous ne réussissent pas leur numéro, mais ce n’est pas grave, ils recommencent et tout se passe bien. Nous voyons une contorsionniste très souriante malgré la douleur (on imagine), du jonglage avec des quilles, avec du feu, exercice de monocycle, équilibriste, pyramide humaine…

IMG_3644r IMG_3629r IMG_3641r IMG_3627r

Beaucoup de jeunes de la troupe sont franco-cambodgiens (ou français pour ceux qui n’ont pas demandé la double nationalité) et ont donc un français impeccable.

Deux ex-étudiants de la troupe ont été sélectionnés par le Cirque de Montréal, apparemment un de cirques les plus prestigieux au monde. Ils sont très fiers d’eux et il y a de quoi !

La fin de la journée est moins heureuse : lors de notre dîner, de nombreux « gamins des rues » viennent à notre table nous demander à manger. Ils semblent affamés et dès que nous partageons notre plat avec eux, ils s’empressent de le manger ou de le collecter pour plus tard.

Ils forment un petit groupe et sont une dizaine. Malheureusement, la plupart d’entre eux snifent dans un sac plastique, sûrement de la colle pour s’évader dans un autre monde. Est-ce leurs parents qui les envoient mendier ? Est-ce que leurs parents les ont mis à la porte ? C’est triste de voir cela et difficile à vivre…

 

Une bafouille

Laisser une bafouille

*