Bienvenidos en Argentina : hola Buenos Aires (16-22/04)

IMG_5551rNous atterrissons sans retard à l’aéroport de Buenos Aires, il est 19h20, nous sommes toujours le 15 avril. On a vraiment l’impression d’avoir vécu deux journées en une !

Le Petit Hergé, un Français qui vit en Argentine depuis 20 ans, nous attend. Nous l’avons connu grâce à son superbe blog www.petitherge.com qui contient une mine d’informations sur Buenos Aires et tord le cou aux idées reçues des guides de voyage !

Premiers pas

Nous arrivons à notre hôtel, faisons une bonne nuit (on se lève pour prendre le petit dej à 8h et on se recouche après jusque 13h). Nous avons rendez-vous avec le petit Hergé, de son vrai prénom Rodolphe, à 15h pour discuter (et il a tant à nous apprendre sur l’Argentine) et nous montrer les chambres qu’il loue dans son appart. En fin de journée, comme à notre habitude, nous déambulons dans Buenos Aires. Sauf qu’ici, la ville est gigantesque (3 fois Paris). Nous nous rendons à la Plaza de Mayo, place principale de Buenos Aires.

.IMG_5500r IMG_5531r IMG_5533r IMG_5503r WP_000526r

Le jeudi 17 avril, nous emménageons dans l’appart de Rodolphe où séjournent déjà deux Françaises, Angèle et Marie, en Argentine pour 6 mois. Nous passons une bonne partie de la journée à discuter avec Rodolphe et avec les filles.

Les jours suivants, nous récupérons (tant bien que mal) de la fatigue due au décalage horaire (il est 15h de moins ici par rapport à la Nouvelle-Zélande). C’est un week-end prolongé férié car c’est Pâques et ici jeudi et vendredi saints sont fériés. Les voisins en profitent donc pour faire la fête jusque 4h30 du matin avec la musique à fond. Ici, ça ne sert à rien d’aller trouver les voisins, ils n’auraient pas baissé la musique et nous auraient proposé de rester à la fête !

Nous explorons quelques quartiers de Buenos Aires :

Recoleta

Quartier dynamique, dont l’un des attraits est son cimetière où repose Eva Peron dans le tombeau familial. Un mot sur Eva Peron dont on voit encore beaucoup d’hommages en Argentine. Eva Peron fut la  seconde épouse du président Juan Perón, elle est devenue un mythe et une icône de l’Argentine du XXe siècle. Elle a eu une très grande influence pour l’obtention de la plupart des acquis sociaux du pays, notamment le vote des femmes, la sécurité sociale, les congés payés et plus largement les droits des travailleurs et le rôle des syndicats.

IMG_5474r IMG_5478rIMG_5507r

Le cimetière de la Recoleta abrite de très nombreux caveaux familiaux, assez spectaculaires pour certains et comprenant des plaques, des statues à la gloire des défunts.

IMG_5473r IMG_5469r IMG_5480r IMG_5460r IMG_5479r

 

Palermo

Quartier dynamique avec marché de souvenirs, boutiques design, restos et bars.

IMG_5446r IMG_5443r

San Telmo

Nous nous rendons pour le marché aux puces qui a lieu tous les dimanches. Ce sont pas tellement des puces mais un mélange d’antiquités et de souvenirs pour touristes. L’ambiance du quartier est sympa. De nombreux murs comportent des graffitis colorés.

IMG_5516r IMG_5518r IMG_5512r IMG_5523r IMG_5517r IMG_5530r IMG_5527r IMG_5524r IMG_5519r IMG_5515r WP_000541r

La Boca

Connue pour deux choses : son équipe de foot et son célèbre « Caminito ». Le quartier revendique son indépendance : le visiteur est accueilli par des panneaux « Bienvenidos a la Republica de la Boca » (Bienvenus à la République de la Boca) ; ainsi que son identité culturelle. On peut voir le stade de foot « La Bombonera » près duquel nous passons rapidement car il y a match le soir et il est déconseillé d’être près de l’agitation des supporters. Le Caminito est un coin populaire où se trouvent des maisons avec des façades colorées. Le peintre Quinquela Martin, qui est né et a vécu à la Boca, est à l’origine du mouvement. Dans les années 20, il achète une maison et invite les habitants du quartier à venir la peindre. Chacun apporte ses fonds de pots de peinture : la maison sera peinte d’une mosaïque de couleurs vives. Depuis, beaucoup de maisons du quartier, en particulier dans les quelques rues les plus touristiques qui forment le Caminito ont imité son modèle.

IMG_5558r IMG_5539r IMG_5532r IMG_5552r IMG_5545r IMG_5550rIMG_5542r IMG_5554r

Dans les restos et bars de Caminito, on peut admirer de nombreux couples qui dansent le tango. Je suis béate d’admiration. Les tenues, en particulier des femmes, en robe sexy et talons hauts, sont très jolies, le couple est gracieux et le niveau très professionnel.

IMG_5549r

Premières impressions

Lors de notre passage à Buenos Aires, nous avons pu rencontrer des Argentins et échanger avec eux. Ils sont très curieux, nous posent beaucoup de questions sur la France (comment sont les paysages, le salaire moyen, le nombre de congés, s’il y a des pauvres, des narcotrafiquants, ce qu’on mange…). Les échanges sont riches.

Les serveurs dans les restos et les bars sont sympas, on a droit à un « hola qué tal » en arrivant et un « ciao » accompagné d’un coucou de la main en partant.

L’espagnol d’Argentine est très différent de l’espagnol d’Espagne. J’y ai vu beaucoup plus de différences qu’avec l’espagnol du Mexique. Cela commence par la prononciation : les « y » et les « ll » deviennent « ch » (auraient-ils une influence portugaise ? ;-)), ce qui donne par exemple « cho quiero » au lieu de « yo quiero », la « chuvia » au lieu de la « lluvia » ou la « cache » au lieu de la « calle ». Le vocabulaire est aussi très différent. Nous avons eu un échange avec Rodolphe sur le sujet. Lui qui a appris l’espagnol en Argentine se retrouve un peu perdu en Espagne (et il doit surtout réfléchir) pour parler et être compris.

Les bâtiments de Buenos Aires ressemblent parfois à ceux de Paris : ils ont un obélisque, des immeubles Haussmanniens. Cependant, parisiens convertis que nous sommes, on est moins émerveillé par Buenos Aires que par Paris. Je m’attendais à une ville très colorée, très dynamique, jolie. Certains quartiers ont du charme, c’est indéniable mais nous ne sommes pas séduits.

IMG_5488r IMG_5505r

Nous préparons aussi notre itinéraire, nous avons un mois en Argentine. Le pays est tellement grand (5 fois la France) et les distances tellement longues que nous décidons de dédier notre voyage à la découverte de la Patagonie.

Les régions en Argentine sont différentes les unes des autres, pas seulement au niveau des paysages mais aussi au niveau des horaires, de certaines lois, des administrations, de l’accent… Finalement, les régions d’Argentine sont comparables aux pays européens : un tout composé d’entités différentes. Il est donc impossible de tout voir, de tout parcourir (il faudrait sûrement plus d’un an, c’est comme visiter l’Europe en un mois, ce n’est pas possible, tu vois les capitales et encore). Nous suivons donc les bons conseils de Rodolphe et faisons une croix sur ce que nous voulions voir initialement (la Patagonie, les chutes d’Iguazu, Salta, Cordoba) afin de ne pas courir et sentir, vivre l’Argentine en explorant « bien » la Patagonie. Je crois que nous devrons revenir 😉

Quelques célébrités, pour finir !

N’oublions pas de citer quelques célébrités locales !

IMG_5557r IMG_5560rIMG_5563r

2 bafouilles

  1. mum

    Buenos Aires : Tango… me rappelle un inoubliable spectacle que tu m’avais offert quand j’étais montée à Paris… pour choisir ta robe de
    mariée en octobre 2011, me semble-t-il ! J’étais, comme toi, subjuguée, par la grâce et la beauté insolente de ces danseuses ! J’avoue que le tango est ma danse préférée avec mon danseur préféré… suivi, bien sûr, par le madison…
    Ciao est italien . Ils ne disent pas « Hasta luego ou hasta la vista » Estupendo no !

  2. Mariem

    Oh oui je m’en rappelle bien de ce spectacle de tango si beau et si sensuel !
    En effet, en Argentine, on a entendu plus souvent « ciao » que « hasta luego ». Mondialisation quand tu nous tiens !!

Laisser une bafouille

*