Bienvenidos a Peru : la découverte des îles du Titicaca (11/06-13/06)

IMG_7039rNous prenons le bus à 9h direction Puno au Pérou. 10 minutes de trajet et nous arrivons à la frontière entre la Bolivie et le Pérou.

Nous descendons du bus pour nous rendre en 1er lieu au bureau d’immigration bolivien pour avoir le tampon de sortie de Bolivie sur nos passeports. Nous marchons 100 mètres, passons sous une arche, ça y est nous sommes au Pérou ! Quelques mètres plus loin se trouve le bureau d’immigration péruvien. Les contrôles sont soft : le bus n’est pas fouillé, nos bagages non plus.

Adieu la Bolivie, Bonjour le Pérou !

IMG_7025r IMG_7028r

Puno, notre point de départ

Nous remontons dans le bus et arrivons 2h30 après à Puno. Il y a une heure de décalage avec la Bolivie, il est donc 11h. Nous n’avons pas d’hôtel, une rabatteuse monte dans le bus et nous propose toute une panoplie d’hôtels. Nous portons notre choix sur le « Joya del Titikaka » en plein centre.

Nous voilà à 5 dans le taxi (on a déjà l’habitude) et 5 minutes après à l’hôtel. Nous posons nos affaires et sortons déjeuner et faire un tour dans la ville : cathédrale, ruelles, marché. Moi je passe une bonne partie de l’après-midi allongée car j’ai de grosses douleurs au ventre.

IMG_7032r IMG_7165r

Le soir, nous sortons dîner. 3 moyennes pizzas pour nous car nous n’avons pas très faim. Nous faisons connaissance d’un serveur sympa et souriant : Fernando. Quant à la pizzaïolo, on a l’impression de la faire chier. Elle a bien du mal à nous décrocher un sourire. Nous sympathisons avec Fernando et lui promettons de revenir dans 2 jours. Il demande chacun de nos prénoms, on verra s’il s’en rappellera 2 jours plus tard !

Le jeudi, départ 8h pour les îles Uros, Amantani et Taquile. Nous laissons nos gros sacs et valises à l’hôtel et n’emmenons que nos petits sacs à dos (on se rendra vite compte qu’on a très bien fait !).

Les îles flottantes (miam!)

Après 30 minutes de navigation, nous arrivons aux îles Uros, des îles flottantes artificielles. Il y en a une cinquantaine. Elles sont construites en roseau en un an. Leur durée de vie est de 8-9 ans. Elles abritent environ 2000 habitants et comportent les maisons, écoles… Les habitants vivent de la pêche, de la chasse, de la culture de fruits et légumes. Ils viennent régulièrement sur le continent pour faire du troc surtout pour obtenir les matériaux nécessaires à la construction de leurs îles.

IMG_7040r IMG_7044r

L’artisanat, acheté par les touristes, est leur source principale de revenus. Nous avons droit à une démonstration en aymara (dialecte) du président, aussitôt traduite en castellano par notre guide, de comment se construit une île. Nous visitons ensuite une maison. La visite se fait en une minute : il n’y a qu’une pièce avec un lit par terre où dorment le couple et leurs 2 enfants. Ils ont quand même la télé !!! Ils vont pouvoir suivre la coupe du monde.

IMG_7058r IMG_7059r IMG_7046r

Bien entendu, aussitôt après la visite, on nous met la pression pour acheter leur artisanat. Nous allons ensuite sur une autre île flottante et faisons tamponner nos passeports pour 1 sol (0,30€) avec le tampon des îles Uros, pas très officiel mais c’est sympa.

IMG_7053r IMG_7061r IMG_7041r IMG_7064r

Une nuit chez l’habitant sur l’île d’Amantani

Nous remontons dans le bateau et filons sur l’île Amantani. La mama qui va nous loger, Constantina, nous attend en habit traditionnel : une jupe noire brodée avec des fleurs colorées, un corsage blanc lui aussi brodé et un voile noir lui aussi brodé de fleurs colorées. Elle doit avoir une bonne soixantaine mais galope comme un lapin. On a du mal à la suivre car ça monte, ça monte et l’altitude se fait sentir ! (c’est là qu’on est content de n’avoir que nos petits sacs à dos).

Il y a 10 communautés sur l’île. Pour que ce soit équitable, les groupes de touristes tournent entre les communautés. Constantina nous conduit jusqu’à sa maison et nous montre nos 2 chambres : une triple et une double. Nous avons des lits confortables et avec des couvertures bien épaisses. Pour les toilettes, nous avons droit à de vraies WC. Seule la chasse d’eau manque, nous devons verser un seau d’eau à chaque petite ou grosse commission. Il y a l’électricité. C’est le confort quand même.

IMG_7074r IMG_7073r

Nous allons déjeuner. Sur l’île Amantani, les habitants sont végétariens. La gazinière est toute cracra mais David et moi ne sommes plus trop regardants là-dessus. C’est Nicole, la maman de David qui est inquiète. Nous avons droit à une soupe de quinoa avec légumes et morceaux de pommes de terre puis à une assiette de pommes de terres, fèves, concombres avec un morceau de fromage chaud par-dessus. Le fromage n’apporte pas grand-chose : pas de goût sauf celui du sel et une texture caoutchouteuse. On n’arrive même pas à finir nos assiettes, ça cale les patates !

IMG_7079r IMG_7082r

A 16h, nous avons rendez-vous avec notre groupe et notre guide pour monter à 4200m d’altitude au temple du Pachatata (Père Nature). Ça monte, ça monte. Nicole et Jacqueline (la marraine de David) nous abandonnent. Tous les 3 nous arrivons au sommet juste avant le coucher du soleil. Cela donne une très belle vue sur le lac Titicaca et surtout de belles couleurs orangées se mêlent à la pleine lune !

IMG_7090r IMG_7107r  IMG_7098r IMG_7101r IMG_7109r

Nous rentrons dîner (soupe, pâtes avec légumes et riz). Il nous faut être en forme pour la soirée. Silvia, la fille de Constantina et Cintia, sa petite-fille sont là pour le dîner. Nous leur posons plein de questions (comme d’hab, je fais l’interprète !) et leur montrons des photos de famille et de Paris. Elles sont ravies ! Jacqueline offre à Cintia des bracelets et bagues qu’elle a amenés de France. La petite de 9 ans est aux anges, elle n’a jamais eu de bijoux. Nous avons tout de suite le droit à un merci et un bisou. C’était spontané, c’est très touchant ! Nous offrons aussi un petit présent à Silvia et sa maman qui sont heureuses.

La soirée disco

Constantina nous fait revêtir les habits traditionnels : femmes en corsage, jupe et voile (avec nos baskets) et hommes en ponchos. Nous sommes prêts, nos tenus nous font beaucoup rire.

IMG_7120r IMG_7125r IMG_7119r IMG_7140r

Nous nous rendons à la salle des fêtes avec Cintia et Constantina. Un groupe de musique joue et chante et chaque mama invite ses invités à danser. Nous faisons d’abord des rondes en petits groupes puis terminons par une énorme ronde avec tous. La bonne humeur est au rendez-vous, tout le monde s’amuse bien. Quels souvenirs pour nous tous !

IMG_7123r IMG_7131r

IMG_7127r

IMG_7128r

Le dimanche, petit déjeuner à 7h, nous disons au revoir à la famille et Constantina nous raccompagne au port. Les adieux sont émouvants. Même si les habitants sont habitués à recevoir des touristes, ils se mettent en 4 pour nous accueillir et nous faire plaisir, ils sont souriants et adorables. C’était très chouette cette expérience chez l’habitant !

IMG_7087r IMG_7145r

L’île de Taquile

Nous naviguons ensuite vers l’île de Taquile, moins sauvage et plus touristique que celle d’Amantani. Encore une fois, la grimpette est au rendez-vous. Arrivés sur la place centrale, nous avons des explications sur les couleurs des chapeaux et ceintures portés par les hommes. Les couleurs donnent des indications sur leur situation : célibataire ou marié.

Nous déjeunons, ce repas est à nos frais. Nous payons 20 soles chacun (plus de 5€). Je trouve que c’est cher pour une soupe et une truite ou une omelette. Sur Taquile, nous avons trouvé les habitants moins souriants, moins sympas. C’est du tourisme comme on n’aime pas. Heureusement que nous avons dormi sur Amantani, les habitants étaient beaucoup plus accueillants.

IMG_7149r IMG_7161r IMG_7162r IMG_7153r

3h de navigation plus tard, nous sommes de retour à Puno. Nous rentrons à l’hôtel. David et moi étudions la suite du programme puis nous allons dîner chez notre ami Fernando qui se souvient bien de nos prénoms et nous offre un pisco sour en apéro !!!

6 bafouilles

  1. Taticline

    J’ai les larmes aux yeux de revivre ces moments tellement intenses et inoubliables sur ces îles…
    Bises à vous 4

  2. Daniel

    Magnifiques photos et paysages. quelle chance vous avez. Vous nous faites bien rêver.
    A bientôt….

  3. MARRAINE

    Vous avez dégusté l’apéro local mais avez vous goûté le plat local!!!

  4. Mariem

    @ Marraine : de quel plat local parles-tu ?
    – Cuy (cochon d’inde) ?
    – Ceviche ?
    – jus de grenouille ?

    @ Daniel : merci pour les compliments, c’est toujours un plaisir de partager nos aventures avec vous ! Et en plus tu fais partie du top 5 des bafouilleurs, bravo !

    @Taticline : est-ce que tu veux qu’on te ramène des mouchoirs ? (ou du PQ, la version routard)

  5. MARRAINE

    Oui je parle du cochon d’inde!!! Et il le serve entier!!!

  6. Taticline

    Quel bonheur de retrouver son « Lotus » !!!

Laisser une bafouille

*